Tunisie : Sit-in des journalistes à la Kasbah de Tunis

Ce matin, suite à l’appel du SNJT (Syndicat National des journalistes Tunisiens) les journalistes de divers médias se sont rassemblés afin de protester contre les nominations fait par le Premier Ministre Monsieur Hamadi Jbali. En effet, la profession est tombée des nues en apprenant que des rédacteurs en chefs ainsi que le directeur la chaine Nationale et du journal La Presse, allaient être remplacés et d’autres, dont voici la liste.

Mohamed Taïeb Youssefi : Président Directeur Général de l’Agence Tunis Afrique Presse (TAP),

Mohamed Néjib Ouerghi : Président Directeur général de la Société nouvelle d’impression, de presse et d’édition (SNIPE) et directeur des journaux « La Presse » et « Essahafa »,

Faouzia Mezzi et Mongi Gharbi : Rédacteurs en chef du journal «La Presse»,

Néji Abbassi; rédacteur en chef du journal « Essahafa »,

Adnène Khedr : Président Directeur général de l’Etablissement de la Télévision Tunisienne,

Sadok Bouabbène : Directeur de la première chaîne télévisée,

Imène Bahroun : Directrice de la deuxième chaîne télévisée,

Saïd Khezami : Directeur de l’information à la télévision tunisienne.

La manifestation était divisée entre les journalistes et les professionnels des médias (entre 150 et 250) et les pro-gouvernement (une centaine de personnes), quelques insultes et gestes déplacés se sont échangés durant ces quelques heures, une journaliste a été agressé par jet de pierre, sans raison et par des individus non identifiés….

La journaliste agressée lors du sit-in

Des réactions n’ont pas tardé de la part du porte parole du gouvernement, il est question de revoir certaines nominations…Un communiqué du SNJT ne devrait pas tarder pour savoir ce qui va se passer…..affaire à suivre.

Tous droits réservés. © Mongi Aouinet

Interview de Mme Nejiba Hamrouni : Présidente du Syndicat des journalistes Tunisiens 09/2011

Samedi le 17 septembre 2011. Syndicat des journalistes. Tunis.
L’objectif de cette rencontre est de faire une sorte de constat sur les conditions de travail avant le 23 octobre, date que tout le monde attend avec autant d’impatience que de méfiance. L’endroit, les pièces, m’inspire confiance, je me sent bien…. un accueil chaleureux et une ambiance générale agréable pour je ne sais trop quelle raison. En tout cas une chose est claire, les journalistes tunisiens doivent faire du terrain, sortir du bureau afin de rencontrer le peuple et faire face, être confronté à la réalité. Que la Force soit avec eux 😉

Mme Néjiba Hamrouni ; Présidente du Syndicat des journalistes

Mme Néjiba Hamrouni ; Présidente du Syndicat des journalistes

http://www.mag14.com/culture-a-medias/53-medias/88-la-liste-noire-des-journalistes-tunisiens-en-cours-delaboration.html