eSports en Tunisie : PGM Adel Guermassi : @RemindCSGO.

Crédit photo : Mongi Aouinet

Adel alias RemindCSGO est parmi les rares jeunes joueurs tunisiens à percer dans le domaine du eSports, passer de joueur occasionnel à un joueur professionnel est un parcours du combattant particulièrement difficile à atteindre vu les conditions générales socio-économiques de la Tunisie, pourtant à force de persévérance et + de 9000 heures de jeu à CS GO (Counter-Strike Global Offensive) sa carrière est sur le point de décoller. Il fait partie de l’équipe YaLLa Esports, équipe se trouvant à Dubaï.

Adel Guermassi Pro Gamer à CSO GO

Il a commencé à jouer en 2010, à l’âge de 13 ans sur une ancienne version du jeu Counter-Strike 1.6 sortie il y a déjà 20 ans. CS est à la base un MOD (une variante du jeu) crée par des passionnés, issu du moteur 3D du jeu Half-Life sortie en 1998 et racheté par Valve.

Counter-Strike Global Offensive est un jeu de tir à la première personne, dont le genre s’est imposé au début des années 90, via le jeu DOOM en 1993 développé par Id Software. Ce fut un des premiers jeux en vue à la première personne en 3D, ayant des textures sur les polygones aussi travaillés. Une claque visuelle mémorable et une sensation dans le gameplay grisante et puissante. La fluidité des déplacements en vue subjective était une prouesse technique jamais vue.

Avant DOOM il y avait un autre titre, tout aussi important pour le genre : Wolfenstein 3D sortie en 1992 par Id Software. Ce titre a posé les bases du gameplay moderne, par la gestion des armes, de la barre de vie, ainsi qu’une histoire se déroulant durant la 2ème guerre mondiale, le titre a bénéficier d’un soin méticuleux au niveau sonore avec des voix digitalisée hilarantes.

Mais c’est Maze War qui est considéré comme le premier FPS de l’histoire du genre. Développé par Steve Colley un ingénieur de la NASA. Il était jouable a 2, il fallait, trouver, puis toucher son adversaire…

pour en savoir encore plus : https://dailygeekshow.com/fps-jeu-video/

Tunisie : L’énergie digitale.

Jouer pour s’évader, jouer pour apprendre, jouer pour partager et jouer pour travailler…

Depuis des années, la situation socio-économique que traverse la Tunisie est particulièrement difficile pour les jeunes. Dans le monde, l’industrie des jeux video ne sait jamais aussi bien portée. Dans ce contexte, quelle est la situation du jeu vidéo ? Tant pour les joueurs que pour les créateurs.

Voici une série de reportage sur les jeux vidéo en Tunisie :

Tunisie, l’energie digitale. L’ESPORT.

L’avis de KMA gérant de la salle eSport Blacklist et Manef Ben Rejeb joueur semi-pro sur DOTA 2 sur la situation du sport électronique (eSport) en Tunisie.

Jeux video en Tunisie : Clash Mutans vs Pirates au Gaming Lab du CNCI.

Le Digital Creativ Lab à la cité de la Culture à invité des joueurs à venir tester le jeu Clash Mutans vs Pirates de NewGen Studio, l’un des lauréats de la Tunisia Games Factory.

Du retrogaming au café Saf-Saf de La Marsa, lors de la « Vintage Week ».

Du 24 au 30 août 2020 se dérouleront, au célèbre café de La Marsa le Saf Saf, une semaine dédiée au vintage. Des ordinateurs d’il y a 40 ans, en passant par des consoles rétro de Nintendo, Atari, Sega, Sony. Concours de jeux vidéo, soirée tunisienne, audiophile expo, vinyle et sonos.

Reportages produits par Paradoxe Films et réalisé par Mongi Aouinet

Diffusion du court-métrage : L’Homme sans voix.

Paradoxe Films et l’Organisation Mondiale Contre la Torture en Tunisie présentent un court-métrage co-réalisé par Mongi et Abdelkarim Aouinet. La première diffusion en publique est prévue le 26 juin à la Cité de la Culture de Tunis, salle : Tahar Cheriaa le 26/06 à 18h00. Au cinéma CinéMadart de Carthage aux séance de 19H00 et 21H00 en avant-programme jusqu’au 4 juillet 2018 et à La Marsa à L’Agora en avant-programme jusqu’à début juillet.

 

L’homme sans voix. Présentation du projet.

mongi-aouinet-0083

Un court-métrage produit par Paradoxe Films en collaboration avec l’OMCT (Organisation Mondiale contre la Torture en Tunisie) co-réalisé par Mongi et Abdelkarim, est en cours de production.

Abdelkarim s’occupe de la conception des décors, de la création des personnages en pâte à modeler et de l’animation image par image. Mongi se charge de la lumière, du cadre, du montage, du mixage et de l’enregistrement des voix et des bruitages.

Mongi « A travers l’histoire de l’homme sans voix, notre intention est de traiter le sujet du traumatisme physique et psychologique d’un homme en ayant subit la torture en Tunisie de nos jours. Tout en mettant en avant le travail de l’Organisation Mondiale contre la Torture en Tunisie ». Plus d’informations ici.

L’homme sans voix sera diffusé à partir de juin 2018.

Reportage : un projet de court-métrage en pâte à modeler.

Les poils de la bête : Le tournage commence le 4 novembre 2013. Objectif faire 6500 prises de vue pour une durée de 4mn20 sec. Co-realisé par Mongi aouinet et Abdelkrim Aouinet. Production SECTION9

Les poils de la bête : Le tournage commence le 4 novembre 2013. Objectif faire 6500 prises de vue pour une durée de 4mn20 sec. Co-realisé par Mongi aouinet et Abdelkrim Aouinet. Production SECTION9

Abdelkarim Aouinet est un jeune artiste tunisien autodidacte qui réalise des court-métrages avec les moyens du bord…. Il s’occupe de la création des décors mélangeant la pâte à modeler et le ciment blanc et crée les personnages entièrement fait en pâte à modeler, animé image par image.

Personnages du nouveau court-métrage en production.

Personnages du nouveau court-métrage en production.

Sa prochaine réalisation est importante pour lui car si le film est réussi il pourrait peut-être, être accepté à La Cartoucherie (Folimage) de Valence pour pouvoir bénéficier d’une formation complète dans son domaine. Souhaitons lui du courage, de la persévérance et de la réussite.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photos et reportage : Mongi Aouinet

579243_658145974216830_1380682352_n

Tunisie : Sous le jasmin, puiser dans le passé des forces pour l’avenir.

Pour marquer la journée nationale contre la torture en Tunisie, l’Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT) et le collectif Dekadrage a lancé, le 8 mai 2013, une exposition du photographe Augustin Le Gall à la Maison de la Culture Ibn Rachiq (Tunis), avec le soutien du Ministère de la Culture. Cette exposition de portraits de victimes de torture et des autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, nous rappelle que des femmes et des hommes de tous horizons politiques, de toutes les générations, venant des différentes régions de la Tunisie, ont souffert de ce crime.

Cette exposition donne la parole à 34 victimes qui témoignent de leur expérience traumatisante.
Réalisé par Mongi Aouinet, juillet 2013.

Jannet, potière de Sejnane

Jannet travaille l’argile depuis son enfance, elle fait de la poterie qu’elle vend au bord de la route de Sejnane (gouvernorat de Bizerte en Tunisie) peu de touristes sont de passage vu la situation sécuritaire du pays et l’image catastrophique  donner par les médias depuis les événement de janvier 2012, mais elle n’abdique pas, elle est travailleuse et courageuse. Depuis 2011, elle participe au projet Laaroussa initié par Selma et Sofiane Ouissi porté par l’association L’Art Rue (Tunis) et l’association Muzaq (France) qui a pour objectif de créer une coopérative qui rassemble 60 femmes potières de Sejnane. Un projet social, créateur d’emplois par le biais de l’art bien trop rare en Tunisie. Pour en savoir plus sur le projet LAAROUSSA vous pouvez aller sur le site internet http://www.laaroussa.org

Un reportage vidéo de Mongi Aouinet.

Un reportage photos de Mongi Aouinet.

photo : Mongi Aouinet

photo : Mongi Aouinet

Sejnane, ou le fantasme salafiste de TF1
http://www.fhimt.com/2012/06/28/sejnane-ou-le-fantasme-salafiste-de-tf1/

TUNISIE MEDIA : Ligne Rouge, témoignages des journalistes agressés en Tunisie.

Documentaire sur les agressions qu’on subit les journalistes tunisiens depuis janvier 2012.

Avec : Zyed Kirchen : Directeur de rédaction du journal « Le Maghreb », Rym Bouguerra : journaliste au journal Haqaeq (Réalités), Walid Hamraoui : journaliste à la télévision tunisienne, Yousef Oueslati : rédacteur en chef du journal « AKHER KHABAR », Lotfi Hajji : journaliste et directeur du bureau Al Jazeera Tunis, Sana Farhat : journaliste au journal « Le Temps », Aymen Rezgui : Chargé des Libertés au SNJT et Najet Yacoubi : avocate.

Image, son et Montage : Mongi Aouinet
Réalisation : Mabrouka Chiboub et Mongi Aouinet
Mai 2012.

Tunisie culture : Dream City 2012, Mohamed Allam Yao-Ming Tunis

Et si la photo de Yao-Ming, fameux personnage de «Memes», envahissait les rues comme substitut du monde virtuel? Comment réagirait la population à cet envahisseur, à cette figure caricaturale et sarcastique qui circule à travers les réseaux sociaux?

Ces questionnements ont incité l’artiste à examiner le rapport entre cyberculture et culture de la rue, surtout après les ébranlements politiques et sociaux survenus dans le monde arabe. Ce projet est une œuvre interactive à travers laquelle Yao-Ming s’amuse à s’incruster sur des propriétés publiques ou privées, des supports de propagande politique ou de publicité, afin d’éveiller les usagers de la ville, usagers de la culture internet. Cette expérience a été préalablement tentée au Caire, de manière simplifiée, sur la périphérie de la place Ettahrir.
source :  http://www.lartrue.com/mohamed-allam-yao-ming-tunisie/

Mohamed Allam, artiste Egyptien à Tunis, septembre 2012.

 

Diaporama photos : Elouardia by night.

Photos prises à Elouardia Mon Homme, quartier de Tunis. Juillet 2012.

Avec : Aboulou
Photos Mongi Aouinet
Musique : Cliff Martinez