Atelier cinéma : Les trésors de la Tunisie.

Capture d’écran 2020-08-17 à 11.59.13

D’avril à fin juillet 2020, via des visioconférences, j’ai encadré un atelier de cinéma à raison d’une séance tous les jeudis après-midi, avec Kenza et Kmar, dans le but de réaliser un court-métrage d’animation en pâte à modeler.

Nous avons abordé toutes les phases de création d’un film d’animation. De l’écriture du scénario, au découpage technique en passant par le storyboard.

Dans ce premier projet pilote, nous avons l’intention de mettre en avant certains fruits et légumes typiquement tunisiens. L’orange, le piment, la figue, le citron et bien sûr l’olive.

IMG_5244

Début Août, nous sommes passés à la pratique, en créant le décor, les personnages, puis nous avons enregistré les dialogues, avant de commencer les prises de vue.

DSC00002

Kmar et Kenza enregistrent les voix des personnages.

La phase de post-production (montage image, montage son, étalonnage et mixage) commenceront fin août, début septembre, pour une durée d’environ 1mm30sec générique compris.

Capture d’écran 2020-08-20 à 03.40.45

Le travail sera diffusé gratuitement sur Youtube et Facebook.

Vous pouvez soutenir ce projet via le lien Patreon ci-dessous ou sur Tipeee.

Pour soutenir le projet via Tipeee

Pour soutenir le projet via Patreon

Sachant que l’objectif est d’en faire d’autres, dans les régions reculés, isolés de la Tunisie.

Merci

Mongi Aouinet

 

Diffusion du court-métrage : L’Homme sans voix.

Paradoxe Films et l’Organisation Mondiale Contre la Torture en Tunisie présentent un court-métrage co-réalisé par Mongi et Abdelkarim Aouinet. La première diffusion en publique est prévue le 26 juin à la Cité de la Culture de Tunis, salle : Tahar Cheriaa le 26/06 à 18h00. Au cinéma CinéMadart de Carthage aux séance de 19H00 et 21H00 en avant-programme jusqu’au 4 juillet 2018 et à La Marsa à L’Agora en avant-programme jusqu’à début juillet.

 

Cinéma : La Source des femmes c’est l’Amour.

La Source des femmes

Cela se passe de nos jours dans un petit village, quelque part entre l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient. Les femmes vont chercher l’eau à la source, en haut de la montagne, sous un soleil de plomb, et ce depuis la nuit des temps. Leila, jeune mariée, propose aux femmes de faire la grève de l’amour : plus de câlins, plus de sexe tant que les hommes n’apportent pas l’eau au village.

Critique : Cette histoire de grève de l’amour me semblait franchement un peu « neu neu »  pour faire un bon film, mais ma bien aimée a insisté pour aller le voir et elle a eu raison ! Féministe, humaniste ce film ne pouvait que la toucher (et moi aussi), surtout depuis un certain 23 octobre 2011 ou la vague islamiste l’inquiète fortement. Le film aborde la condition de la femme dans le monde arabo-musulman, tout en respectant l’Islam. Le réalisateur Radu Mihaileanu cherche l’équilibre entre les différents protagonistes, avec quelques séquences touchantes par leur sincérité et surtout grâce à un casting presque impeccable, Leïla Bekhti, Hafsia Herzi, Biyouna, Saleh Bakri, par contre, l’acteur jouant le journaliste n’a aucune personnalité. On pourrait lui reprocher quelques scènes un peu lourde qui ralentissent la progression de l’histoire surtout avec cette histoire d’amour entre le journaliste et Leila pas très convaincante. Mais les 2h04 de projection reste agréable de par la sincérité que l’on ressent à travers cette histoire touchante et d’actualité.  Nous avons vu le film au cinéma Colisée de Tunis en projection « DVD », dommage pour le rendu des couleurs et pour la qualité sonore médiocre voir désagréable à cause d’un problème de sifflement aigu régulier !!