Eléction 2014 en Tunisie…fait place à l’état entreprise !

Trois ans après des élections qui ont mis des « incompétents » au pouvoir, les jeunes de Tunis avait bien raison…la politique qu’elle soit en Tunisie ou ailleurs n’est plus très crédible car ceux qui veulent nous diriger sont des pantins en puissance au service de multinational, ils se mettent rarement au service du peuple et celui qui le fait est assassiné comme l’a été Chokri Belaid. La révolution tunisienne est-elle morte le 6 février 2013 ?

De part le monde, la Tunisie a donné de la force, du courage et de l’espoir aux peuples oppressés par des dirigeants mégalomaniaques mais tout reste à faire ! Pourquoi n’avoir pas commencé par nettoyer le pays ? Place à l’Etat ENTREPRISE, oublier l’état NATION. Il faudra encore des années et une nouvelle génération pour aller dans le bon sens.

-IMG_1411Mongi-Aouinet-candidatsJe considère que c’est loupé car le pays c’est trop inspiré du système occidentale (malade) qui ne fait que creuser l’écart entre les riches et les pauvres, la nouvelle constitution à des qualités mais j’ai de gros doutes. Comme tous les franco-tunisiens je souhaite le meilleur au peuple Tunisien et qu’ils continuent à mettre la pression sur ceux qui ont soif du pouvoir, la liberté de s’exprimer c’est important, mais ce qui compte c’est de pouvoir garder sa dignité par le TRAVAIL, car c’est bien ce qui a fait chuter Ben Ali, la Tunisie m’a fait comprendre beaucoup de choses dans ce monde ultra-capitaliste, la principale leçon est bien que les élections n’est qu’un cheval de Troie pour faire tomber les états Nations, semer le chaos pour installer et vendre des armes sous couvert de pseudo barbu planqué derrière une religion.

Ils pensent avoir crée l’ennemi Absolue pour vendre des armes AD VITERNAM. Les gens ne sont pas dupes et un jour ou l’autre les commerçant des armes comprendrons…quoi ? RIEN.

-IMG_0554Mongi-Aouinet-candidats

Faire croire que l’Homme est libre est la meilleure méthode pour le manipuler.

Tunisie : Funérailles révolutionnaires de Chokri BELAID.

Vendredi 8 février 2013 vers 14h00, Kamel Jalouli attend le cortège funéraire de Chokri Belaid au cimetière du Jellaz à Tunis, il contient son chagrin dignement, malgré des conditions de sécurité indigne, plus de 50 000 personnes attendent malgré les tires de lacrymogène. Je suppose que le Ministre de l’Intérieur avait autre chose de prévu ce jour là (préparer la manifestation pro-Ennahda du lendemain). J’ai été témoin d’agressions au couteau au niveau de la station de bus de Bab Alioua et place de la Tolérance, les flics étaient ou ? très peu de militaire, des jeunes ont même attaqué les pompiers. Shame on You ! Cette journée sera gravé à jamais dans ma mémoire car j’ai ressenti ce que le mot fasciste voulait dire mais surtout marqué à vie par la dignité du peuple hommes, femmes, enfants qui ont salué une dernière fois ce héros de la Nation.
-IMG_0261photos-mongi-aouinetDans les sociétés patriarcales, les hommes sont omnipotents, omniprésents et semblent tenir -sans relâche- les rênes de la société. Cette omniprésence semble effacer le rôle des  femmes et les écarte de plusieurs domaines. Cette exclusion qu’elle subissent depuis des générations se manifeste dans leur quotidien le plus banal et le plus anodin. Il peut nous paraître surprenant à titre d’exemple qu’il est strictement interdit aux femmes d’assister aux funérailles quelque soit le lien qu’elles ont avec la personne décédée. Cependant, cette coutume qui paraît d’emblée ancrée dans les mentalités a été ébranlée tout comme l’opinion publique en Tunisie suite à l’assassinat du militant Chokri Blaid.En effet, des milliers de femmes furent présentes aux funérailles qui ont eu lieu au cimetière du Jallez dans la ville de Tunis sans se soucier de ce que dicte la tradition rigide et inébranlable. Bien entendu, ce comportement courageux voire révolutionnaire selon certains a dérangé les conservateurs catastrophés par cet évènement qui déroge de la norme bien plus que par l’assassinat d’un être humain.