Tunisie : Sous le jasmin, puiser dans le passé des forces pour l’avenir.

Pour marquer la journée nationale contre la torture en Tunisie, l’Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT) et le collectif Dekadrage a lancé, le 8 mai 2013, une exposition du photographe Augustin Le Gall à la Maison de la Culture Ibn Rachiq (Tunis), avec le soutien du Ministère de la Culture. Cette exposition de portraits de victimes de torture et des autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, nous rappelle que des femmes et des hommes de tous horizons politiques, de toutes les générations, venant des différentes régions de la Tunisie, ont souffert de ce crime.

Cette exposition donne la parole à 34 victimes qui témoignent de leur expérience traumatisante.
Réalisé par Mongi Aouinet, juillet 2013.

Clips de soutien à Weld 15, pour le pire et le meilleur du rap…

Petite sélection de  clips de soutien pour la libération de Weld 15, rappeur Tunisien qui à pris 2 ans ferme pour une chanson sur la police tunisienne. Signe encourageant de l’implication de la jeunesse arabe, pour lutter pour la liberté d’expression artistique. La police en prend pour son grade.

Partager le clip de soutien pour la libération de Weld 15,  fait par des rappeurs Marocains ! Si quelqu’un aurait un peu de temps pour traduire les paroles en français (en commentaire) cela pourrait sensibiliser les francophones  ?

Une dédicase à Weld el 15 en guise de soutien : Lak3y – Madou – H2nsi – Wistar – Balti – Blidog – Klay BBJ – Gas – Crack

Music by W.I.S performing Leaf (Explicit). © 2013 kult Music Records

Produced by DELTA PROD.

Réaction de Mokhtar Trifi suite à la condamnation du rappeur.

Vidéo: Talel Nacer pour le HuffPost Maghreb
http://www.huffpostmaghreb.com

1011714_276655732479192_471339270_nVoici la page facebook de soutien pour liberer Weld 15 ; https://www.facebook.com/Sayyeb15?fref=ts

Tunisie : racisme ordinaire dans un supermarché de Tunis

Lundi 17 juin vers 17h30, je me rend au Monoprix près de l’ambassade de France pour faire mes petites courses, au fond du supermarché ou se trouve le pain une forte odeur d’égout envahi les rayons, un type avec un tuyau était entrain de pomper ce qu’on peut appeler de la merde, niveau hygiène j’ai vu mieux…

J’arrive à la caisse, un couple d’africain est devant moi, l’attitude de la caissière me surprend car elle refuse de rendre de la monnaie sur un billet, son mari lui donne un autre billet mais elle refuse toujours d’ouvrir sa caisse ! Je me permet de lui dire : mais madame, votre boulot c’est bien de rendre la monnaie non ? elle m’ignore. Je demande à l’autre dame si elle a besoin de petite monnaie, elle me répond : non, non je vais aller ailleurs.

La caissière, passe ensuite mes articles, je lui sort mon billet et elle me rend la monnaie ! je lui dit:  mais madame, vous avez refuser de servir ces clients car ils sont africains ? Elle me répond : cela ne vous regarde pas ! Je lui dit alors :  si, si, je suis Tunisien comme toi et tu devrais avoir honte.

Personne n’a réagi et en partant j avais envie de lui dire, pourquoi tu portes un voile ? Alors que tu ne respectes même pas des valeurs simples….shame on You ! Honte au dirigeant du Monoprix de Tunis, car cette femme mérite une mise à pied, voir un licenciement sec ! Il n’y pas de responsable à la hauteur, donc sans responsabilité c ‘est l’anarchie voir le chaos sous couvert de religion !

Mongi Aouinet

Tunisie : Les réfugiés du camp de Choucha en grève aux Berges du Lac.

Que font l’ONU et le gouvernement tunisien ?

Les derniers réfugiés du camp de Choucha (sud tunisien) environs 250 personnes manifestent depuis fin mars 2013 un peu partout à Tunis. Ils refusent de rester en Tunisie, pour plusieurs raisons : racisme, discrimination, violence policière, un témoin m’informe qu’une ONG en tire profit en faisant croire qu’ils veulent rester en Tunisie, or c’est faux… mais que fait la France et l’ONU de ces personnes ? Vont-ils rester réfugiés à vie ?

Lire la suite

TUNISIE : Siliana ou la renaissance du soulèvement populaire ?


Reportage réalisé le 6 décembre 2012 à Silana, une semaine apres les affrontements entre la police et les jeunes manifestants. Un reportage de Mongi Aouinet avec Augustin Le Gall.


Tunisie : Manifestation du 13 aout 2012, journée de la Femme « complémentaire ».

Palais des Congrès le 13 aout 2012

Il y a  plus de 50 ans, un demi siècle auparavant , le premier president de de la republique tunisienne, Bourguiba,  instaure le Code du statut personnel. Ce dernier abolit la polygamie et améliore la position de la femme au sein de la société et de son foyer. Le divorce judiciaire est mis en place et le mariage interdit aux jeunes filles de moins de 17 ans avec le consentement obligatoire de la mère. Il met ainsi en place l’égalité entre homme et femme, renforcée par des mesures établies en 1987.

En aout 2012, un projet de loi évoque la complementarité entre les hommes et les femmes écartant ainsi le principe d’égalité « L’Etat assure la protection des droits de la femme, de ses acquis, sous le principe de complémentarité avec l’homme au sein de la famille et en tant qu’associée de l’homme dans le développement de la patrie », y est-il indiqué.

Seulement, les femmes Tunisiennes accepteraient-elles facilement ces mesures retrogrades? Céderaient-elles leurs droits constitutionnels qui ont formé un bouclier infranchissable et un modèle unique dans le monde arabe faisant leur fierté ???

Tenant à tout prix de préserver le Code du Statut Personnel, le 13 aout 2012 À 21 h des milliers de personnes: femmes, hommes et enfants  se sont rassemblés à l’Avenue de Mohamed V afin de fêter la journée internationale de la femme mais aussi afin de protester pacifiquement contre les déclarations du parti au pouvoir : Ennahda. Et dans une ambiance survoltée, ils se sont retrouvés au Palais des Congres  où le parti politique al jomhouri a fêté la journée de la femme….

Discours de Maya Jribi au Palais des Congres le 13 aout 2012

La parole fut alors donnée à Maya Jribi, figure emblématique de résistance, qui comme toujours a farouchement défendu les droits de la femme- égalitaire et non complémentaire. Comment bâtir une société solide, éduquée et forte si nous écartons  la moitié de cette société qui n’est autre que la femme !!!  s’écria t elle. Pour la même occasion Salma Bakker, cinéaste et membre de l’ANC  s’est également manifestée afin d’exprimer son regret « d’en arriver là ». Elle explique que jamais elle n’aurait imaginé qu’on allait remettre en question les acquis fondamentaux de la femme Tunsienne en 2012. En effet, en 1975 elle a réalisé un film  » fatma 75″ où elle critique le Code du Statut Personnel et où elle revendique plus de justice de privilèges et d’avantages…Le public a eu droit à des extraits émouvants qui ont suscité des applaudissements unanimes . la foule -de majorité féminine- a scandé haut et fort  » la femme tunisienne est libre »; la femme tunisienne est plus forte que toi Jebali »…

C’était l’occasion ou jamais pour ces femmes Tunisiennes : membres de l’ANC, enseignantes, cinéastes, étudiantes, avocates pour se manifester et dire ce qu’elles ont sur le coeur mais où sont les femmes des quartiers populaires dont on a parlé mais qui ne sont pas représentées…

DIAPORAMA PHOTO : 13 aout 2012.

Les blessés de la révolution mal traités au Ministère des Droits de l’Homme…

Au deuxième jour de leur sit-in dans le ministère des droits de l’homme et de la justice transitionnelle, les blessés de la révolution et les militants qui les soutiennent ont été expulsés au soir du mardi 27 mars 2012 suite à la visite du procureur de la république qui leur fait savoir qu’ils n’ont pas le droit de rester dans les locaux du ministère.

Mardi 27 mars vers 22h00 devant le Ministere des Droits de l'Homme de Tunis

Refusant de lever leur sit-in, les forces de l’ordre les ont évacués de force, en tabassant et insultant bon nombre d’entre eux. Certains de ces blessés portent encore dans leurs corps des balles !

no comment

Actuellement, après être mis au pied de la porte, ils sont allés dans des hôpitaux (dont l’hôpital Charles Nicole) pour se faire observer les agressions physiques qu’ils ont subies, par les medecins
Pendant deux heures de temps (entre 19H00 et 21H00) des militants de la ligue tunisienne des droits de l’Homme, des avocats (dont l’avocate chargée des dossiers des blessés de la révolution) et des représentants des médias et de la sociéte civile, ont essayé , en vain, d’entrer au ministère pour rendre visite aux blessés. Les portes étaient gardées et on leur a fait comprendre que ce sont  » les instructions  » .

AC

Mariem Mnaouar degoutée par ce qui se passe au Ministere des soit disant droits de l'Homme....