Atelier cinéma : Les trésors de la Tunisie.

Capture d’écran 2020-08-17 à 11.59.13

D’avril à fin juillet 2020, via des visioconférences, j’ai encadré un atelier de cinéma à raison d’une séance tous les jeudis après-midi, avec Kenza et Kmar, dans le but de réaliser un court-métrage d’animation en pâte à modeler.

Nous avons abordé toutes les phases de création d’un film d’animation. De l’écriture du scénario, au découpage technique en passant par le storyboard.

Dans ce premier projet pilote, nous avons l’intention de mettre en avant certains fruits et légumes typiquement tunisiens. L’orange, le piment, la figue, le citron et bien sûr l’olive.

IMG_5244

Début Août, nous sommes passés à la pratique, en créant le décor, les personnages, puis nous avons enregistré les dialogues, avant de commencer les prises de vue.

DSC00002

Kmar et Kenza enregistrent les voix des personnages.

La phase de post-production (montage image, montage son, étalonnage et mixage) commenceront fin août, début septembre, pour une durée d’environ 1mm30sec générique compris.

Capture d’écran 2020-08-20 à 03.40.45

Le travail sera diffusé gratuitement sur Youtube et Facebook.

Vous pouvez soutenir ce projet via le lien Patreon ci-dessous ou sur Tipeee.

Pour soutenir le projet via Tipeee

Pour soutenir le projet via Patreon

Sachant que l’objectif est d’en faire d’autres, dans les régions reculés, isolés de la Tunisie.

Merci

Mongi Aouinet

 

FIFAK 2019 : un festival sponsorisé par la médiocrité.

Un festival à l’agonie, sans considération et de respect envers les formateurs et les bénévoles des ateliers dédiés aux enfants.

DSCF0812

Les bénévoles et les formateurs sont dans le même état que ces poissons….agonisants.

J’estime que notre travail a été censuré par les organisateurs du FIFAK 2019, ils ont refusé de diffuser le court-métrage L’Homme sans voix (pour une raison fumeuse sur la durée alors qui n’ont jamais été capable de débuter les projections à l’heure !) on a eu le droit de diffuser le court métrage d’animation réalisé par les participants : Mon père n’est pas un criminel et le making of…soit un peu moins de 6 minutes avec le générique.

Alors que l’ensemble avait une durée totale de 18m30sec..trop long pour eux !

Ce qui est bien dommage car cela auraient permis aux participants, d’avoir une autre vision du film, d’un point de vue technique et concernant le sujet de la torture.

Les organisateurs n’ont pas été à la hauteur, c’est un festival de sponsoring et de copinages dans ce qui a de pire !

Quel sens de l’organisation et de l’hospitalité ! pas de transport prévu pour les formateurs mais tout confort pour les journalistes, les connaissances, dans un hôtel miteux, un dortoir genre auberge de jeunesse mais en pire. Une heure pour attendre des doubles de clé, aucun ménage durant les 5 jours. Il n’y a que les repas de midi et du soir qui étaient « normal, bref des conditions de travail digne d’un pays du tiers monde. Aucune circonstance ne permet de tolérer un tel manque d’organisation et un manque de considération des personnes totalement impliquées.

Malgré tout, cet atelier cinéma d’animation doublé d’une action de sensibilisation contre la torture a été, à mon sens, tout de même efficace et pertinente.

La Tunisie n’a jamais eu autant d’argent pour la culture et notamment dans le cinéma. C’est l’un des seul acquis suite aux soulèvements populaires de 2011, soyez-en dignes, vous mesdames et messieurs les responsables d’événements culturels.

Vivent les enfants de Kélibia et hontes aux adultes assoiffés de bière, d’argent et de gloire éphémère !

 

Mongi Aouinet

Diffusion du court-métrage : L’Homme sans voix.

Paradoxe Films et l’Organisation Mondiale Contre la Torture en Tunisie présentent un court-métrage co-réalisé par Mongi et Abdelkarim Aouinet. La première diffusion en publique est prévue le 26 juin à la Cité de la Culture de Tunis, salle : Tahar Cheriaa le 26/06 à 18h00. Au cinéma CinéMadart de Carthage aux séance de 19H00 et 21H00 en avant-programme jusqu’au 4 juillet 2018 et à La Marsa à L’Agora en avant-programme jusqu’à début juillet.

 

L’homme sans voix. Présentation du projet.

mongi-aouinet-0083

Un court-métrage produit par Paradoxe Films en collaboration avec l’OMCT (Organisation Mondiale contre la Torture en Tunisie) co-réalisé par Mongi et Abdelkarim, est en cours de production.

Abdelkarim s’occupe de la conception des décors, de la création des personnages en pâte à modeler et de l’animation image par image. Mongi se charge de la lumière, du cadre, du montage, du mixage et de l’enregistrement des voix et des bruitages.

Mongi « A travers l’histoire de l’homme sans voix, notre intention est de traiter le sujet du traumatisme physique et psychologique d’un homme en ayant subit la torture en Tunisie de nos jours. Tout en mettant en avant le travail de l’Organisation Mondiale contre la Torture en Tunisie ». Plus d’informations ici.

L’homme sans voix sera diffusé à partir de juin 2018.

Man of Steel : Super Jesus à la resscousse de l’empire.

champ/contre-champ

Man of Steel VOST 3D
Salle : Le colisée de Tunis
Le 19 juin 2013

21007056_20130520124335431.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Man of Steel est un film de Zack Snyder (produit Christopher Nolan et scenarisé par David S. Goyer et un peu Christopher Nolan ) à qui l’on doit  300 et surtout Watchmen. Le film est un re-boot plus ou moins réussi de la franchise, le casting est impeccable, malgré un scénario sans surprise, tout le monde connait l’histoire. La première partie est la plus reussi, avec quelques très belles scènes (les flashbacks avec Kevin Costner sont émouvants, assez rare comparer aux autres films de super héros. La seconde partie devient franchement éprouvante dû à des scènes d’action ultra bourrines, ultra rapide servi par une 3D qui sert juste de prétexte à augmenter le prix du billet (10 dinars).

21007280_20130521145315922.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx
La qualité de projection était tout juste correct, il faudrait revoir la partie sonore, non seulement des…

Voir l’article original 286 mots de plus

Reportage video : Aboulou, jeune artiste Tunisien.

Aboulou est un jeune artiste Tunisien, passionné par le cinema, il crée des personnages et réalise des décors en pâte à modeler.
En 2011 il a obtenu le soutien de l’Institut Français de Tunisie pour partir en stage durant 2 mois, tout frais payés, en France, dans une société de production audiovisuelle : Vivement Lundi (Rennes). Cette expérience l’a bouleversé et le motive a développer d’autres projets.

lien vers les courts-metrage : https://vimeo.com/channels/familledetounsi

Vivement lundi : http://www.vivement-lundi.com/vivement-lundi/Accueil-Vivement-Lundi.html

Institut Français de Tunisie : http://www.institutfrancais-tunisie.com/

Un reportage de Mongi Aouinet
Musique : Mehdi Aouinet

Cinéma : La Source des femmes c’est l’Amour.

La Source des femmes

Cela se passe de nos jours dans un petit village, quelque part entre l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient. Les femmes vont chercher l’eau à la source, en haut de la montagne, sous un soleil de plomb, et ce depuis la nuit des temps. Leila, jeune mariée, propose aux femmes de faire la grève de l’amour : plus de câlins, plus de sexe tant que les hommes n’apportent pas l’eau au village.

Critique : Cette histoire de grève de l’amour me semblait franchement un peu « neu neu »  pour faire un bon film, mais ma bien aimée a insisté pour aller le voir et elle a eu raison ! Féministe, humaniste ce film ne pouvait que la toucher (et moi aussi), surtout depuis un certain 23 octobre 2011 ou la vague islamiste l’inquiète fortement. Le film aborde la condition de la femme dans le monde arabo-musulman, tout en respectant l’Islam. Le réalisateur Radu Mihaileanu cherche l’équilibre entre les différents protagonistes, avec quelques séquences touchantes par leur sincérité et surtout grâce à un casting presque impeccable, Leïla Bekhti, Hafsia Herzi, Biyouna, Saleh Bakri, par contre, l’acteur jouant le journaliste n’a aucune personnalité. On pourrait lui reprocher quelques scènes un peu lourde qui ralentissent la progression de l’histoire surtout avec cette histoire d’amour entre le journaliste et Leila pas très convaincante. Mais les 2h04 de projection reste agréable de par la sincérité que l’on ressent à travers cette histoire touchante et d’actualité.  Nous avons vu le film au cinéma Colisée de Tunis en projection « DVD », dommage pour le rendu des couleurs et pour la qualité sonore médiocre voir désagréable à cause d’un problème de sifflement aigu régulier !!

Tunisie cinema : Le Ciné-club pour les enfants de Tunis organise des projections.

La Fédération tunisienne des cinés-clubs (FTCC) est une organisation culturelle indépendante, fondée en 1949 par Tahat Chriaa.

Elle vise a travers ses différentes activités (projection hebdomadaires, manifestations cinématographiques, conférences, stages de formations) a diffuser la culture cinématographique alternative et a participer a la fondation d’une culture démocrate nationale.

L’amour pour le cinéma alternatif, l’esprit de volontariat et l’initiation a la citoyenneté sont les objectifs du ciné-clubs tels que définis par la fédération internationale des ciné-clubs. La FTCC membre fondateur de plusieurs associations et manifestations tels que la fédération internationale des ciné-clubs, les journées cinématographique de Carthage, le festival international du cinéma amateur. La FTTC a crée les journées internationales du cour métrage de Tunis (1996) et a ouvrée pour la création de l’union des cinés)clubs a l’échelle du grand Maghreb, de l’Afrique et de la méditerranéenne. Depuis 1997, a son local, un noyau de centre de documentation en matière de cinéma a été crée permettant ainsi la mise a disposition de son patrimoine écrit ou audio-visuel a la disposition des chercheurs, critiques de cinéma et cinéphiles.

Le ciné-club Enfants de Tunis œuvre sous l’égide de la Fédération Tunisienne des ciné-clubs, a été crée en janvier 2008. Il a pour objectif de proposer une nouvelle vision du 7eme art, de diffuser une culture cinématographique alternative et a fonder l esprit de volontariat chez les jeunes et les enfants. Il offre un espace de dialogue, d’écoute et de partage. En novembre, c’est le mois du cinéma d’animation : tous les samedis projection à la Maison de la Culture Maghrébine Ibn Khaldoun à partir de 15h