Tunisie : Le secret de la réussite ?


La faculté des sciences humaines et sociales de Tunis accueille durant trois jours consécutifs une invitée exceptionnelle.Il s’agit de  Madame Etsuko Aoyagi, Professeur japonaise de littérature à l’université de Tsukuba et dernière étudiante de Gerard Genette. En effet, sa traduction de l’oeuvre L’étage invisible de l’écrivaine Tunisienne Emna Belhaj Yahia a suscité l’intérêt de Madame Nabiha Jrad,  professeur de linguistique à l’université du 9 avril, afin de la recevoir en Tunisie .Elle affirme alors que « Ce n’était  pas facile et qu’elle a du longuement militer contre les obstacles administratifs »… Pour parvenir à l’accueillir parmi ses étudiants.
La première rencontre a eu lieu le 12 mars 2012 à la bibliothèque de la faculté où Madame Etsuko nous a raconté une petite histoire de la littérature japonaise et où les étudiants se sont amusés à répéter le rythme du HAIKU japonais…Par ailleurs, lors de cette première rencontre, des chiffres présentés par la professeur ont provoqué soupirs et stupéfaction. Voici-ci dessous quelques uns qui nous montrent que le Japon demeure encore et toujours « le royaume de la publication »:

Publication par an: 80 000 titres.
Nombre de livres sur le marché: 500 000.
Plus de 4000 maisons d’éditeurs .
Publication de livres littéraires nouveaux: 14 000.
1700 traductions par an .
Vente par an (2005): 3 610 000 000.

Le 13 mars 2012, Madame Etsuko fut également présente pour nous parler de la littérature tunisienne vue du Japon. Pour ce faire, il a été question de l’oeuvre L’étage invisible dans lequel elle a vu une image nouvelle et contraire du Maghreb _qui est d’habitude_ vu en tant qu’ un espace noir agressé et violenté d’où le choix d’une couverture de couleurs gaies pour sa version traduite.Comme elle a vu de multiples convergences entre ces deux cultures_japonaise et tunisienne- appartenant à des milieux différents.L’auteure du livre était également présente_Emna Belhaj Yahia_ et a affirmé avec amertume sa tristesse et son désenchantement envers la nonchalance qui règne parmi les jeunes Tunisiens envers la culture et la lecture…notamment quand elle a su qu’une seule personne parmi les présents a lu son livre.
Le14 mars 2012 le thème de la réussite des Japonais à réconcilier entre tradition et modernité a réuni plusieurs professeurs et étudiants venus d’autres universités…Cette conférence qui a considérablement enrichi nos connaissances à  propos du Japon qui est à la pointe de la technologie et qui est intimement liés à ses  traditions même les plus triviales semble avoir donné des réponses dont les Tunisiens ont besoin dans la situation actuelle…De même, travail, efforts, patience sont, tels que les présente Madame Etsuko et tous les Japonais, le seul et l’unique secret de leur réussite…
Wifek Aouinet

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s