Tunisie, Mohamed Bouazizi : 17 décembre 2010, l’étincelle de la révolution de la dignité.


Samia Bouazizi le 21 janvier 2011 à Sidibouzid

Il n’est pas mort le 4 janvier mais d’après certains témoignages, les heures qui ont suivi son immolation, le clan Ben Ali ne pouvait pas annoncer sa mort, de peur de donner encore plus de souffle à ce soulèvement populaire, tous les Tunisiens se sont servis de cet acte désespéré pour  leur propre cause…politique ou autres. Avant les jeunes de Sidibouzid se jetaient des poteaux électriques sous l’emprise d’un alcool puissant : un mélange d’essence et d’eau !!! Al Jazira et Facebook l’ont propulsé comme symbole du soulèvement, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase dans le monde arabe et le reste de la planète.

Gouvernorat de Sidibouzid

Des oranges d’un vendeur ambulant de Sidibouzid, le 21 janvier 2011

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s